•  

Agenda citoyen

lundi 19 juin 2017


À la une

Législatives : Onze député-e-s communistes élu-e-s

- Tous les résultats du 2ème tour des élections législatives sur le site du Ministère de l’Intérieur

Le 18 juin 2017, les Français ont élu 11 député-e-s communistes :

Jean-Paul Dufrègne (03),
Pierre Dharréville (13),
André Chassaigne (63),
Fabien Roussel (59)
Alain Bruneel (59),
Jean-Paul Lecoq (76),
Sébastien Jumel (76)
Hubert Wulfranc (76),
Elsa Faucillon (92),
Marie-George Buffet (93),
Stéphane Peu (93)


En avant

Le programme des rencontres d’Avignon se précise

Pour compléter le déroulé détaillé dans le programme à télécharger ci-dessous, nous vous annonçons la présence de Patrice Bessac, président de l’Anecr et de Karina Kellner, présidente du Cidefe.

Par ailleurs, nous pouvons vous indiquer que "La ligne de couleur", un film de Laurence Petit Jouvet sera présenté le vendredi à 14h00 à Utopia.

C’est donc avec beaucoup de plaisir que nous vous attendons à Avignon pour les mercredi 19, jeudi 20 et vendredi 21 juillet prochain.

Inscrivez-vous sur Elunet.org ou au 01 48 51 78 78
PDF - 587.4 ko
Télécharger le programme et s’inscrire

Actualité

Le plan national canicule : les maires sollicité-e-s

Le plan national canicule comporte 4 niveaux et une partie concerne l’échelon local et en particulier la mobilisation des maires :

• niveau 1 (vigilance météorologique verte) : « veille saisonnière » activé du 1er juin au 31 août ;

• niveau 2 (vigilance météorologique jaune) : « avertissement chaleur », en cas de probabilité importante de passage en vigilance orange dans les jours qui suivent ;

• niveau 3 (vigilance météorologique orange) : « alerte canicule », déclenchée par les préfets de département, en lien avec les Agences régionales de santé ;

• niveau 4 (vigilance météorologique rouge) : « mobilisation maximale », en cas de canicule avérée intense et durable.


Culture

Rythmes scolaires et éducation artistique et culturelle : pour une concertation nationale

Communiqué du 15 juin 2017 du Conseil national de la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture :

C’est aux collectivités territoriales, et presque essentiellement aux communes, qu’est revenue la responsabilité, d’une part, de mettre en place la réforme des rythmes scolaires décidée en 2013 par le précédent Gouvernement et, d’autre part, d’organiser les “nouvelles activités périscolaires” (NAP), notamment les activités de natures culturelles et artistiques. Les collectivités ont su, malgré leurs contraintes financières, faire face à cette exigence.

Le nouveau Gouvernement a rédigé un projet de décret qui, en autorisant des dérogations à l’application de la réforme des temps scolaires, soulève le risque que soit remis en question les efforts déjà accomplis et une organisation qui a su se stabiliser malgré les difficultés. La FNCC en prend acte tout comme elle entend les avis défavorables à ce projet de décret du Conseil supérieur de l’éducation et du Conseil national de l’évaluation des normes, le 8 juin.

Il est regrettable que ce projet, qui réintroduit la possibilité d’en revenir à la semaine de quatre jours, ne soit pas l’occasion d’une concertation préalable approfondie avec les associations de collectivités territoriales. Elle est indispensable. Les associations de collectivités se sont depuis exprimées. Plusieurs d’entre elles ont rencontré le ministre de l’Education nationale, avec notamment une assurance quant à la pérennisation du fonds de soutien pour l’ensemble des communes et d’une compensation intégrale des dépenses engagées.

La FNCC tient à rappeler que l’évaluation est nécessaire et salue ici l’engagement du groupe de travail du Sénat qui vient de publier (le 8 juin) ses conclusions, avec en particulier ces deux recommandations : « passer de la culture de la circulaire à celle du contrat » et « conserver le principe de la réforme des rythmes scolaires et l’inscrire dans un cadre plus large ».

Il faut considérer l’ensemble de l’articulation entre les rythmes scolaires et l’ambition
de la généralisation de l’EAC. Ce projet de décret concerne nos écoles, leurs enseignants, mais aussi l’ensemble des acteurs culturels territoriaux mobilisés pour les activités d’éducation artistique et culturelle tant en temps scolaire que périscolaire. Elle concerne également les parents des élèves, qui ont besoin de stabilité et de visibilité. La rentrée 2017 se prépare dès aujourd’hui : les familles sont en droit de pouvoir prévoir l’organisation des activités de leurs enfants.

Malgré un premier moment d’appréhension, des expériences innovantes ont été menées dans de nombreuses collectivités. La FNCC s’interroge. Le risque n’est pas négligeable que, pour des questions économiques, certaines communes se saisissent de la possibilité de dérogation pour réduire leur ambition sur la place de la culture à l’école, pénalisant ainsi les enfants. Il s’agit de leur avenir.

Vivre, expérimenter la culture est un droit désormais inscrit dans la loi. Par ailleurs, de nombreuses études montrent l’apport remarquable de l’expérience des arts et de la culture dans le parcours scolaire. Enfin, nous vivons un moment où, face à la montée des tensions sociales et du radicalisme, la culture apparaît plus que jamais comme l’un des fondements de la cohésion républicaine.

Pour sa part, la FNCC est attentive à la place de la culture à l’école, tout au long de la scolarité, car il s’agit d’un enjeu qui relève de la responsabilité partagée entre les collectivités territoriales et avec l’Etat.

Nous appelons le Gouvernement à prendre en compte le rôle et l’expérience des collectivités pour mettre en œuvre une politique publique ambitieuse qui donne à chaque enfant de la République, sur tout le territoire, les mêmes possibilités d’expérimenter ses droits culturels, en favorisant les opportunités de rencontre avec les acteurs culturels et artistiques.

Il est nécessaire d’engager une véritable concertation nationale et de créer, tant au niveau national que territorial, des espaces de concertation sur le sujet.

le Conseil d’administration de la FNCC


Europe

Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE)

« Nos valeurs communes devraient orienter l’avenir de l’Europe »

Les maires et élus locaux et régionaux ont adopté leur position qui exprime la vision locale et régionale pour l’Europe que nous voulons façonner dans les années à venir.

Cette position, adoptée par les membres du Comité directeur du CCRE à Chios le 13 juin, donne des pistes de réflexion à une étape encore jeune du processus de réflexion sur l’avenir de l’Europe.

D’un point de vue local et régional, notre position pourrait être placée sous le slogan « gouverner ensemble sur la base de valeurs communes partagées ». Elle exprime l’urgence qu’il y a de réaffirmer notre engagement pour une Europe forte et uni, basée sur des valeurs communes telles qui la démocratie, la décentralisation, la solidarité et la tolérance.

« Les gouvernements locaux et régionaux ont une voix légitime dans la politique de l’UE et partagent une forte responsabilité avec tous les niveaux de gouvernement pour œuvrer à une Europe qui peut surmonter les défis auxquels nous faisons face. Une voix européenne forte, confiante et unie, où toutes les sphères gouvernementales jouent leur rôle, peut aider à fixer l’agenda politique courageux dont nous avons tellement besoin. » - Président du Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE) et d’Emilie-Romagne, Stefano Bonaccini.

Il a ajouté : « En tant que président du CCRE, j’appelle aux institutions de l’UE d’engager un dialogue constructif avec les gouvernements locaux, mais aussi aux gouvernements locaux de nourrir ces discussions avec des idées et des suggestions sur la façon dont l’UE peut mieux s’aligner avec les besoins locaux. »

Ecouter les citoyens, chérir notre diversité

Il y a une crise de confiance dans la capacité des leaders politiques à répondre adéquatement aux inquiétudes et besoins des citoyens. En tant que niveau de gouvernement le plus proche des citoyens, les communes et régions sont les mieux placées pour transporter ces préoccupations au niveau national et européen.

Promouvoir les échanges entre les citoyens à travers les programmes l’Europe pour les citoyens et Erasmus contribue à rendre conscient du fait que nous faisons partie d’une communauté européenne disposant d’un riche héritage culturel, historique, ainsi que des traditions et des systèmes politiques. Reconnaître notre diversité en tant que trésor et respecter nos différences peut aider à restaurer la foi des citoyens en notre projet européen.

Remettre l’Europe sur pied

En tant que communes et régions, nous tendons la main aux décideurs de l’UE. Dans ce contexte, nous allons nous concentrer sur l’avenir de l’Europe à l’occasion de la Semaine européenne des régions et des villes qui aura lieu en octobre. A cette occasion, le CCRE organise un atelier : « Remettre l’Europe sur pied ».

Cet atelier présentera un éventail divers de perspectives et d’idées sur ce qui est nécessaire pour construire des communautés fortes, inclusives, diverses, durables et résilientes. Nos discussions promettent d’être dynamiques, engagées et interactives. Venez-y et rejoignez la conversation !


Moralisation de la vie publique

Moralisation de la vie publique : le « oui, mais… » de l’APVF

L’Association des petites villes de France a pris connaissance avec attention du projet de loi intitulé « Pour la confiance dans notre vie démocratique » présenté par le Garde des Sceaux François Bayrou.

Profondément conscient de l’absolue nécessité de refonder des relations de confiance entre nos concitoyens et les élus, l’APVF ne peut que partager la philosophie et les principaux aspects des réformes proposées.

Elle émet cependant des réserves et des interrogations sur les dispositions du texte relatives à l’interdiction pour les élus de cumuler trois mandats successifs au niveau national comme local. Elle souhaite en tout cas que cette disposition ne soit applicable qu’à compter de 2026 afin d’éviter que les maires qui ont fait le choix en 2017 de se consacrer pleinement à leur mandat local et ont renoncé au mandat parlementaire ne subisse pas dès 2020 une double peine.

Enfin, l’APVF regrette que le texte ne contienne aucune disposition concernant l’amélioration des conditions d’exercice des mandats locaux. L’APVF profitera du débat parlementaire pour porter des propositions concrètes allant dans le sens de l’amélioration des conditions d’exercice du mandat d’élu local.


SPORT

"Les Jeux 2024, une opportunité pour les territoires"

Laura Flessel, ministre des Sports, est intervenue, mardi 13 juin, lors d’une rencontre sur le thème " Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, une formidable opportunité pour la Seine-Saint-Denis ! "

Elle a rappelé que « l’organisation d’un tel événement revêt un intérêt stratégique du point de vue économique, pour l’attractivité de la France, pour l’attractivité des territoires ».

- En savoir plus