jeudi 11 octobre 2018


En avant

Au congrès HLM, l’ANECR dénonce la démission de l’USH et relaie l’appel d’Aubervilliers

Une cinquantaine d’élu·e·s communistes et républicains se sont retrouvé.e.s le 9 octobre à Marseille à l’occasion du Congrès HLM et ont décidé d’un certain nombre d’actions.

Première action : comme tous les ans, ils ont tracté à l’ouverture de la dernière journée du congrès HLM pour dénoncer la démission de l’Union Sociale de l’Habitat (USH) dans la défense des HLM, pour relayer l’Appel d’Aubervilliers pour faire primer le droit au logement et exiger 6 mesures ambitieuses et indispensables pour s’attaquer vraiment à la crise du logement.

1- Un arsenal législatif renforcé contre les marchands de sommeil permettant d’accélérer les démarches, de prévenir les divisions pavillonnaires, de faciliter les préemptions auprès de ces délinquants. Le déblocage de moyens pour reloger et soutenir dans leurs procédures les victimes des marchands de sommeil.

2- Des mesures coercitives plus fortes contre les villes qui ne respectent pas les 25% de logements sociaux, prévus dans le cadre de la loi SRU.

3- Le rétablissement d’une aide à la pierre conséquente permettant de construire massivement, mais aussi d’entretenir et de rénover le parc social, notamment pour répondre au défi de la transition énergétique.

4- Stopper l’asphyxie programmée des organismes HLM en revenant sur les ponctions de 800 millions d’euros pour 2018 et 873 millions d’euros prévues pour 2019.

5- Un plan d’action national pour mettre un terme aux copropriétés dégradées.

6- La généralisation du dispositif de l’encadrement des loyers et du permis de louer, qui doit passer par le déblocage de moyens financiers pour les collectivités faisant preuve de volontarisme dans leur mise œuvre.

- Télécharger le tract


Formations du Cidefe

MUSCLEZ VOS INTERVENTIONS PUBLIQUES !

Formation à la Prise de parole en publique - 15 et 16 novembre 2018

Deux jours intensifs et rythmés pour muscler vos interventions publiques
Julien Roirant, spécialiste du médiatraining et du dialogue citoyen, vous donne rendez-vous à Montreuil les jeudi 20 et vendredi 21 septembre 2018 pour deux journées de formation pratique et interactive à la prise de parole en public.
Souriez, vous êtes filmés !

ATTENTION FORMATION LIMITEE A 10 PARTICIPANTS

AU PROGRAMME :

1. L’élu local et la communication
Mise en perspective des enjeux et du contexte de la prise de parole des élus locaux

2. Donner de la force à son discours par sa construction rédactionnelle.
Prise de connaissance/rappel des étapes de préparation du discours.

3. Développer sa capacité à " faire vivre un texte "
Entraînement sur des situations courantes (inauguration, remise de prix…).

4. Face au public - Être écouté, entendu, cru et... suivi.
Réflexion sur les méthodes d’appui du discours.

5. Interventions, réunions publiques.
Vérification/renforcement de la capacité à " convaincre " son auditoire

6. Un module à choisir en amont de la formation parmi les trois suivants :

Module 1 : Apprivoiser les journalistes / Les clés d’une interview réussie.
Module 2 : Se préparer… à improviser / L’art du débat contradictoire.
Module 3 : Gérer le conflit / Le dialogue sur un projet contesté.

- Télécharger la Fiche d’inscription

- S’INSCRIRE EN LIGNE


Associations d’élus

Jacquerie en cours

Edito de Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF) dans la Revue 36 000 communes d’octobre 2018 :

Le coup d’envoi d’actions d’une autre nature est donc venu du Périgord. Normal au pays de Jacquou le Croquant. Il faut dire que la coupe est pleine pour tous les « petits » de la République. La décision prise au congrès de septembre dernier dans les Hautes-Alpes, de ne pas livrer les résultats des élections européennes mais de les laisser à disposition des préfectures, aux heures et jours d’ouverture de la mairie, fait tache d’huile. Déjà, et quelques jours après seulement, les départements de la Dordogne, de la Haute-Garonne et de l’Indre, alors que d’autres départements s’y préparent, ont retenu cette action symbolique qui ne porte pas atteinte au scrutin, mais qui dit très clairement ... Lire l’édito


Climat

Climat : Il n’est pas trop tard pour réagir

Les signes de l’accélération du réchauffement climatique sont toujours plus alarmants, dénonce un article du Monde publié aujourd’hui.

L’année 2017 vient d’être classée comme l’une des trois années les plus chaudes de l’histoire moderne, les banquises polaires fondent à vue d’œil et font inexorablement monter le niveau des océans, tempêtes et sécheresses dévastatrices se multiplient, avec des effets de plus en plus inquiétants sur la biodiversité. Les cris d’alarme sont toujours plus insistants pour mettre en garde contre les conséquences de ce dérèglement dont plus personne – du moins plus personne de sérieux – ne conteste qu’il résulte de l’activité humaine, des émissions de gaz à effet de serre et de l’augmentation incontrôlée des surfaces cultivées. Le dernier en date est celui du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)… (lire la suite)


Décentralisation

« Le gouvernement doit se mettre à l’écoute des territoires »

« Le 10 octobre dernier, Philippe Laurent secrétaire général de l’Association des maires de France, était invité par Public Sénat dans l’émission « On va plus loin ».

Pour lui, « il n’y a pas d’un côté l’État et de l’autre côté, les collectivités (…) Si les deux ne fonctionnent pas bien ensemble, ça ne marche pas. »

Et d’assurer qu’ « il y a une partie de la haute administration (…) qui n’a jamais accepté le fait décentralisateur depuis maintenant plus de 30 ans » : « Je pense notamment, à un certain nombre de fonctionnaires du budget, par exemple. »

Alors que le remaniement ministériel se fait attendre, le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale demande « une plus grande autonomie fiscale » après la suppression de la taxe d’habitation

« Ce que nous souhaitons, aussi bien les régions, les départements que les communes et les intercommunalités, c’est évidemment d’avoir une maîtrise de nos ressources par le biais d’impôts propres, à chacune des collectivités (…) Moi, j’attends du futur ministre qui aura en charge les relations avec les collectivités territoriales, une grande écoute sur ce point et une véritable discussion et négociation (…) C’est dans cette approche globale de la décentralisation, de l’autonomie fiscale que se pose vraiment la question. Et ce sera vraiment une valeur de test pour nous. »


Elections

Elections municipales 2020 : l’Association des petites villes lance une enquête

Dans la perspective des élections municipales 2020, l’Association des petites villes de France (APVF) lance une grande enquête sur les intentions des maires de petites villes quant aux prochaines élections municipales.

- En savoir plus


Fonction publique

La moitié des collectivités ont engagé une politique d’aménagement ou de réorganisation des modalités de travail

Le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT), l’Association des maires de France (AMF), la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG), l’Assemblée des départements de France (ADF) et Régions de France (ARD) ont lancé une quatrième étude sur les grandes tendances des politiques des ressources humaines des employeurs publics locaux : HoRHizons 2018.

Elaborée à l’usage des élus locaux, cette étude donne une idée précise des efforts de bonne gouvernance engagés par les maires et présidents, employeurs d’1,9 million agents territoriaux.

Les principaux enseignements :

- une stagnation des dépenses de personnel dans une collectivité sur deux, alors que les hausses constatées sont, pour l’essentiel, exogènes aux collectivités concernées (mise en oeuvre de mesures statutaires décidées par l’État, réforme territoriale, transferts de compétences ou encore nouveau régime indemnitaire) ;

- près de la moitié des répondants ont engagé une politique d’aménagement ou de réorganisation des modalités de travail ;

- une hausse significative dans la mise en place des dispositifs de protection sociale complémentaire (57 % des collectivités interrogées, + 13 points par rapport à l’enquête précédente) ;

- un accroissement très net des actions ou politiques conduites en faveur de l’égalité femmes-hommes (54 % des collectivités répondantes, + 10 points par rapport à 2017) ;

- un renforcement des politiques de prévention des reclassements pour faire face à la progression des situations d’inaptitude, notamment dans les communes de plus de 20 000 habitants, les départements et les régions.

- 6 % des collectivités ont mis en place des dispositifs de lutte contre les
discriminations.

Si les collectivités et les EPCI entendent poursuivre cette trajectoire au titre de leur participation à l’effort collectif du redressement des finances publiques, cet effort doit être conduit dans le cadre d’un dialogue équilibré et respectueux entre elles et l’État. Cela suppose notamment que celui-ci les associe préalablement et étroitement aux décisions qui les impactent et singulièrement en matière de ressources humaines, affirme l’étude.

PDF - 584.5 ko
Le communiqué commun

- En savoir plus sur le site du CNFPT


« Les Français et le service public local »

Le baromètre d’Ipsos pour l’Association des hauts fonctionnaires territoriaux (AATF) montre que seuls 11 % des Français ont une très bonne opinion des agents territoriaux et 32 % ont une mauvaise opinion.

Les principaux enseignements du baromètre

- Face au dialogue difficile entre l’Etat et les collectivités locales, les Français confirment leur soutien aux services publics locaux

- L’échelon local reste donc largement privilégié par les Français qui appellent même à son renforcement

- Le rendez vous manqué du gouvernement avec les fonctionnaires ? Confiant dans l’avenir en 2017, les fonctionnaires territoriaux basculent dans le
scepticisme

- La fonction publique : des Français moins critiques qu’on ne le croit, des fonctionnaires moins conservateurs qu’on ne l’imagine, souhaitent des évolutions…mais pas à n’importe quelles conditions

- L’ouverture de la fonction publique au privé fait débat

Les propositions de l’Association

Lire l’interview de Fabien Tastet Président de l’Association
des administrateurs territoriaux de France dans les ECHOS du jour


Grand Paris

Grand Paris Express

Courrier des sénatrices et sénateurs du Val-de-Marne pour le maintien des lignes 15 Sud et 15 Est

Suite à la mobilisation autour de la question du maintien de l’engagement de
l’interopérabilité lignes 15 Sud et 15 Est dans le cadre du projet Grand
Paris Express, Pascal Savoldelli, Sénateur du Val-De-Marne a pris l’initiative d’un courrier commun de toutes les sénatrices et tous les sénateurs du Val-De-Marne.

Adressé au Président du Directoire de la société du Grand Paris, ce courrier a vocation à alerter sur la nécessité de ces lignes pour les citoyennes et les citoyens, et sur les dépenses déjà engagées pour réaliser ce projet.

PDF - 474.6 ko
Télécharger le courrier