Différences entre FPCI et FCPI : éclairage sur deux types de fonds d’investissement

 

5/5 - (2 votes)

Dans le paysage des placements financiers, les Fonds Professionnels de Capital Investissement (FPCI) et les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI) sont deux options attrayantes pour les investisseurs. Ces deux types de fonds offrent en effet la possibilité de diversifier son portefeuille et de soutenir des entreprises innovantes, mais présentent également des spécificités qu’il convient de prendre en compte avant de se lancer.

Qu’est-ce qu’un FCPI et un FPCI ?

Avant de s’intéresser aux différences qui séparent les FCPI et les FPCI, il est nécessaire de préciser ce que sont ces deux types de fonds :

  • Le FCPI : Il s’agit d’un fonds commun de placement dont l’objectif est de soutenir le développement d’entreprises jugées innovantes par la mise à disposition de capitaux. Les sommes versées par les investisseurs sont ainsi investies majoritairement dans des sociétés non cotées en bourse considérées comme ayant un fort potentiel de croissance. En contrepartie, ceux-ci bénéficient d’avantages fiscaux attractifs (réduction d’impôt sur le revenu ou sur la fortune immobilière).
  • Le FPCI : Ce type de fonds a une vocation similaire, puisqu’il permet également de financer des entreprises innovantes et en développement. Toutefois, contrairement au FCPI, le FPCI est réservé aux investisseurs professionnels et assimilés (investisseurs institutionnels, family offices, etc.). Il présente également des différences en termes de fiscalité et de gestion des risques comparé à son homologue. Dirigez-vous ici pour en apprendre davantage à propos des FPCI.

Les principales différences entre FCPI et FPCI

Si ces deux types de fonds partagent une certaine similarité dans leur vocation première, ils se distinguent toutefois sur plusieurs aspects :

Fiscalité

L’un des principaux attraits des FCPI réside dans les avantages fiscaux qu’ils offrent aux souscripteurs. En effet, ces derniers peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu correspondant à 18 % du montant investi, dans la limite de 12 000 € pour une personne seule et de 24 000 € pour un couple soumis à imposition commune. Par ailleurs, les sommes investies dans un FCPI sont également exonérées d’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Quant aux FPCI, ils ne bénéficient pas des mêmes dispositions fiscales que leurs homologues FCPI. En revanche, les plus-values réalisées lors de la revente des parts de FPCI sont soumises au régime des plus-values de cession de valeurs mobilières, avec notamment un abattement pour durée de détention pouvant aller jusqu’à 65 % après 8 ans.

Profil des investisseurs

Comme mentionné précédemment, les FPCI sont destinés aux investisseurs professionnels et assimilés. Il s’agit donc d’une solution de placement plus adaptée pour les grands investisseurs institutionnels, les family offices ou encore les gestionnaires de fortune.

Les FCPI, en revanche, sont accessibles à tous les types d’investisseurs, particuliers comme professionnels. Ils représentent ainsi une option intéressante pour ceux qui souhaitent diversifier leur portefeuille tout en bénéficiant d’avantages fiscaux non négligeables.

Gestion des risques et diversification

En termes de gestion des risques, les FPCI présentent une certaine flexibilité par rapport aux FCPI. En effet, ils peuvent investir dans un éventail plus large de sociétés (cotées ou non cotées) et sont moins contraints par les règles d’investissement que les FCPI. Cela permet notamment aux FPCI de mieux répartir les risques liés à leur portefeuille d’investissements.

Les FCPI, quant à eux, sont soumis à des règles d’investissement strictes : au moins 70 % des sommes collectées doivent être investies dans des entreprises innovantes non cotées. Cette spécificité peut limiter leur capacité à diversifier leurs placements et accroître le risque associé à ce type de fonds.

Comment choisir entre FCPI et FPCI ?

Pour déterminer quel type de fonds convient le mieux à sa situation et ses objectifs d’investissement, il est essentiel de prendre en compte les éléments suivants :

  • La fiscalité : Si l’on recherche des avantages fiscaux liés à son investissement, les FCPI peuvent s’avérer plus intéressants grâce à la réduction d’impôt sur le revenu et l’exonération d’IFI dont ils bénéficient.
  • L’accès aux fonds : Les FPCI étant réservés aux investisseurs professionnels et assimilés, les particuliers ne pourront se tourner que vers les FCPI pour financer des entreprises innovantes via un fonds de placement.
  • La gestion des risques : Les FPCI offrent une meilleure diversification et donc une gestion des risques potentiellement plus efficace que les FCPI. Cependant, cela dépendra également des stratégies adoptées par les gérants de ces fonds et des entreprises dans lesquelles ils investissent.
david elunet

David - consultant ELUNET

Avec plusieurs expériences dans l'immobilier, l'habitat et la création d'entreprises, je suis à même de vous orienter vers les meilleurs choix dans de nombreux domaines stratégiques.

Laisser un commentaire

57 + = 67

error: Content is protected !!